Test : Edge of Eternity

Il est temps de faire un petit retour sur le Jrpg, proposé par la team Midgar Studio, nos petits frenchies de Nîmes.

Afin de contextualiser le test, je vous fais part de mon ressenti après 50 heures de jeu sur le soft et la story terminée.

Je ne révèlerais aucun spoiler durant mon écrit afin de permettre une totale découverte aux gens qui souhaitent découvrir cet univers.

Le jeu est sorti le 10 février 2022 sur Playstation 4, Playstation 5, PC et Xbox.. Il sera disponible également en cloud gaming sur Nintendo Switch le 23 février 2022. Le jeu est également disponible sur le Gamepass depuis le 10 février 2022.

Il est à noté que depuis peu Midgar Studio a été racheté à 100% par Nacon, spécialiste de périphériques qualitatifs pour les consoles….. ( Pour ma part même si c’est Nacon, j’arrive pas à effacer le nom de Big Ben , oui c’est les mêmes…. les fameuses manettes Eco+ sur Psx qui lâchait au bout d’une semaine avec un joycon drift à faire pâlir Nintendo… )

Le virus de l’espace

Posons le plot twist de base.

La terre est envahit par des forces militaires extérieures.

Dayron, jeune bretteur dans l’armée, va déserter pour rejoindre sa sœur et sa mère malade. La quête principale sera donc de voyager à travers les terres de cet univers afin de trouver un remède à cette maladie qui ronge les habitants.

Histoire classique certes mais parsemée de dialogues inspirés ainsi que des personnages travaillés…

( « Simple Story, complex Characters  » a bien trouvé son sens ici ).

Une œuvre qui se bonifiera notre progression au cours de l’aventure ( comme un bon vin ).

Musique maestro !!!!

Parlons burger pour analyser ce jeu. Nous avons déjà le scénario ( ici qui saura faire son office : c’est pas du boeuf de Kobé mais pas de la semelle non plus ) en guise de viande.

Pour accompagné ce met, originaire de la ville d’Hambourg en Allemagne, il faudra donc une bonne sauce et un bon accompagnement qui passeront par la musique ainsi que la direction artistique.

Pour la musique, on a le droit à une petite sauce truffée juste divine.

Le grand Yasunori Mitsuda, compositeur connu pour ces sublimes OST de Chrono Trigger, Chrono Cross, Xenogears et la saga Xenoblade Chronicle en outre sera à la baguette.

Pour l’accompagnement, la direction artistique est inspirée. Le jeu nous proposera de joli panorama ainsi que des créatures au design surprenant comme le Nekaroo, un chat géant qui pourra nous servir de monture. ( mais qui ronronnera à chaque fois que vous l’invoquez alors éviter de le faire en boucle car c’est vite agaçant…. ).

Cependant, la technique et le manque de finesse viendront ternir le paysage. Des textures immondes avec des pixels gros comme le poing seront présents pour gâcher la fête sans être dans l’univers d’Arceus.

La morphologie des PNJ ainsi que des protagonistes est assez perturbante également. On a le droit à un univers rempli de personnages élancés et fins comme des asperges. ( on a la salade, les tomates dommage les oignons sont un peu brûlés ).

Battons nous, pleutre !!!!

Sortons de la métaphore culinaire et reprenons notre sérieux pour évoquer l’aspect le plus surpenant du jeu à mon sens : son système de combat.

Midgar Studio nous a concocté un mélange de tour par tour avec un système de déplacement hexagonale sur l’arène de combat.

Ce système de déplacement permettra non seulement d’éviter les zones de sorts des ennemis mais également d’interagir avec le décor ( possibilité d’utiliser des tourelles par exemple ).

Très sincèrement, c’est un des très bon point de ce jeu qui rendra certaines batailles épiques et demandera un minimum de stratégie afin d’en venir à bout.

Un système d’amélioration de nos armes via des cristaux sera également de la partie afin d’optimiser nos personnages mais il reste assez maigre en terme de théorie-craft pour réellement s’attarder dessus.

Conclusion :

Midgar Studio nous propose un jeu indépendant qui tient ces promesses.

Une histoire plaisante avec des personnages attachants. Un système de combat hybride qui saura faire de vous le futur Ender. Un doux chatouillement viendra caresser vos oreilles grâce à la patte de Mitsuda.

Certes la technique n’est pas au rendez-vous mais faut-il vraiment le mettre de côté juste pour ce point là. On parle d’un studio indépendant et y a peu l’une des plus grosse licence à fait pire sur ce plan et pourtant le jeu a été congratulé, soyons magna Nîmes alors.

Pour ma part c’est un grand oui, les amoureux de JRPG, laissez vous tenter par l’expérience.

J’aimeJ’aime pas
Les OSTLa technique
Le système de combatLe Nekaroo
Le scénario convenu mais suprenant

Note : Mitsuda / 20

Ami(e)s Geeks, prenez soin de vos joysticks !!!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :